#

=> Dépression & Burn-out

            
Comment la dépression ou le "burn-out" peuvent-ils endommager gravement un être humain ?
 
     La médecine et la psychiatrie connaissent bien les dégâts provoqués par ces disfontionnements de l'être humain, et nous leur faisons généralement confiance pour adapter à chacun le traitement le plus efficace...
 
Nous savons tous... ou presque, que les ingénieurs en robotique ou en informatique ont pris modèles sur l'architecture du corps humain pour "recopier" au plus près la fonctionnalité de ses organes (µprocesseur, mémoire, caméra optique, sonde thermique, détecteur de fumée, capteur de vibrations, bras/portique de manutention, reconnaissance de forme, intelligence artificielle ..etc...)
 
Cette rubrique assez originale (...C'est la dernière !) vise à expliquer de façon très pratique et avec un regard technique... comment un être humain peut brusquemnt sombrer dans la dépression ou être  victime d'un "burn-out" ? L'analogie électrique que chacun peut comprendre assez facilement mérite d'être examinée...
Des notions simples et de "bon sens", peuvent aider à bien comprendre comment des personnes en bonne santé se retrouvent brusquement "en rade" ...
 
De quoi sommes-nous faits ? 
 
 1) Notre cerveau
Le cerveau est le siège de nos pensées, de nos sentiments, de nos désirs de toutes sortes, mais aussi de nos projets et ambitions.
Le cerveau est capable d'envoyer des ordres de mouvements sur notre corps, de sorte que nous pouvons non seulement nous déplacer, mais le faire avec plus ou moins de "vélocité" selon l'âge et la capacité physique de chacun. 
Le cerveau peut encore nous permettre de construire des "projets de vie", des "stratégies de vie" ou de "survie" s'appuyant sur nos qualités personnelles (intellectuelles, physiques, manuelles ou artistiques..). 
 
2) Notre corps
Notre corps est formé d'organes très complexes sur lesquels même les sciences les plus avancées n'ont pas la pleine visibilité. Les hommes, les femmes et les enfants peuvent cependant en apprécier les mouvements ainsi que les sensations reçues par nos 5 sens... 
 
3) Notre âme 
L'âme est la partie psychique, ou la conscience propre à chacun qui se conduit "un peu" comme la sentinelle de notre corps. Cette fonction peut nous alerter, parfois de façon répétée par les impressions reçues . Elle nous aide aussi à orienter nos décisions....
 
4) Notre Esprit
...Vaste sujet...Mais pour faire simple, c'est l'abonnement et la connexion à la "Box Universelle"...avec le code d'accès à trouver !
 
Pour en revenir à la dépression ou au "burn-out", faisons appel à une analogie électromécanique ou électronique qui gère notamment dans le domaine de la robotique, des organes assistés par ordinateurs...C'est très simple ...! (Voir Vidéo en bas de page)
 
Comment fonctionne un robot ou un système asservie ? 
 
Ces dispositifs comprennent toujours 3 parties :
- Une unité centrale associée à une mémoire qui contient le programme à exécuter
- Des organes assurant la transformation des ordres en mouvements multidirectionnels (ou surveillance chimique / physique, ex.:  la salinité/ph d'une piscine, ou gestion de la température d'une habitation)
- Un dispositif affichant une "tension d'erreur", qui est l'information rappportée à l'unité centrale donnant la valeur du "décalage existant" entre la consigne envoyée et l'état/situation de l'organe à actionner. (Ex.:Position d'un outil, déclenchement d'une sirène, d'un dispositif d'extinction d'incendie..etc.. ).
Un tel système correspond à un fonctionnement stable en boucle fermée  avec une annulation de la tension d'erreur en fonction du gain de boucle...
Le gain de boucle  correspond d'une certaine façon à la "force de réaction" du système. 
Ce point est fondamental  pour bien comprendre la suite...
 
Comment fonctionne le corps humain ? 
 
- Lorsqu'un projet de vie s'installe dans notre existence. nous mesurons pour bien le réussir nos capacités intellectuelles , physiques et financières sans oublier les risques encourus.
- Dés que la décison est prise nous organisons les actions à mettre en oeuvre.
- Si tout se déroule conformément au "plan" , la tension d'erreur est nulle et "l'âme est en paix"...c'est le bonheur !
- Si des obstacles se lèvent , les solutions sont  recherchées au niveau du cerveau et si les solutions sont obtenues, la tension d'erreur reste toujours nulle et la vie continue comme un long fleuve tranquille...
- Si les solutions ne correspondent pas au problème à solutionner, la "tension d'erreur" ramenée au cerveau augmente et ce dernier injecte alors l'adrénaline. L'adrénaline est un neurotransmetteur et une hormone qui est sécrétée en réponse à un état de stress . Il en résulte une accélération du rythme cardiaque et une vigilance accrue face à un danger ressenti. C'est le "turbo" du servomécanisme qu'est  le corps humain...
Ce turbo libère sa substance plus ou moins puissamment en fonction du gain de boucle détenu par la personne, et autrement dit sa réactivité ou son émotivité naturelle.
C'est de cette manière que sont gérés avec plus ou moins d'intensité , la plupart des problèmes rencontérs dans une vie. 
Une vie équilibrée et située dans son "aire de sécurité", commence déjà par se donner des objectifs accessibles à la mesure des possibilités .
 
Que se passe-t-il en mode "dépression" ou de "burn-out" ?
Il y a 2 cas de figures :
- Cas 1:
Les objectifs fixés ont été trop ambitieux et faute de solutions, la tension d'erreur ramenée au cerveau étant trop importante, il se met alors sur "attente" ou carrément sur "off". Généralement cette situation fait suite à des alertes répétées par la sentinelle du corps, le comparateur d'erreur qu'est la "conscience"...Le "blues" annonçant la dépression commence à s'installer...
 
- Cas 2 :
Les objectifs étaient réalistes et réalisables mais un "parasitage" extérieur (Perte d'un être cher, opposition hostile et humaine, désastre climatique ou socio-économique, contretemps facheux...etc...) n'a pas permis le succès. La tension d'erreur est très importante mais n'est pas imputable aux choix initiaux du projet envisagé.
 
Dans ces 2 premiers cas la dépression et le burn-out peuvent être repoussés en "recadrant" le projet de vie et en veillant à ne pas laisser s'installer la "culpabilisation"....à éviter !
En électronique la "culpabilisation" correspondrait à fixer le regard sur le composant "en panne" sans jamais le réparer !
 
- Cas 3 :
C'est le cas de fonctionnement  en "boucle ouverte" , c'est à dire que la boucle de retour de la tension d'erreur a été volontairement "coupée". En conséquence , la tension d'erreur étant inexistante, le stress n'est pas activé et le "turbo d'adrénaline" est à l'arrêt. On vit alors dans un "monde "à part"/totalement virtuel " qui échappe désormais à la raison et aux codes déontologiques de la société. 
Ce mode de fonctionnement peut provisoirement offrir une passerelle vers une amélioration, mais attention à ne pas en abuser !
Mais il faut savoir aussi, que pour bien pour tromper leur monde, les"escrocs" qui se fabriquent un ou plusieurs personnages auxquels ils croient "dur comme fer" peuvent fonctionner en boucle ouverte...Ils avancent dans le mode "pas à pas" comme indiqué dans la vidéo ci-dessous. Ils finissent parfois en prison comme c'est aussi le cas d'une l'imprimante 3D qui finit "en butée"... ( Voir à t=4min/16sec dans la vidéo ci-dessous)
Ce peut-être aussi, de façon dramatique, le cas d'une mère contrainte à se prostituer pour nourrir son enfant. Elle doit forcément se libérer et ne fait plus "cas" des codes sociaux pour assurer la survie de son enfant. Il faut pour cela du courage et une grande abnégation face à une immense détresse.
Deux exemples bien sûr en totale opposition, mais tous deux exemples de fonctionnement en boucle ouverte.
 
En conclusion :
1) Il faut apprendre à bien séparer les paramètres intérieurs qui ont pu contribuer à la "mise en rade" de la machine humaine, par exemple par la mauvaise évaluation des choix initiaux...La guérison commence déjà par l'acceptation de ses propres erreurs sans mettre la cause d'échec sur le dos "des autres" qui n'y sont pour rien...Cela correspond en technique de recherche d'avaries, à "bien cibler la zone de panne"...
2) Dans le cas ou la "mise en rade", n'est pas due aux choix personnels mais directement liée à des paramètres extérieurs...le retour à la guérison sera fonction de la résilience de l'individu, c'est à dire la capacité à revenir à la situation initiale sans trop de dommages. La résilence d'un matériau étant sa capacité à retrouver sa forme d'origine après avoir sunbi une forte contrainte.
Il se peut que suite à une épreuve, la position d'origine ne soit pas entièrement retrouvée , et comme dans le domaine des matériaux magnétiques, il reste un phénomène d'hystérésis, c'est à dire un écart/retard de comportement ou peut-être même un "magnétisme résiduel polarisé N-S" par rapport à la situation d'origine... (Pôle NORD = froideur et pôle SUD= chaleur )
Heureusement il existe aussi dans la nature humaine une "autocicatrisation" possible des plaies, comme il existe une autocicatrisation des condensateurs en film polycarbonate qui ont la capacité à se réparer "tout seul" après une très forte surcharge électrique... 
 
  
 La vidéo ci-dessous permet de comprendre facilement le principe d'un "servomécanisme"...
Lien youtube :  https://www.youtube.com/watch?v=uqaMfvSmiI8

Vidéo à découvrir